Droguerie de l'Aubier

Ne laissez pas les allergies vous gâcher le printemps

Si l’arrivée du printemps évoque pour beaucoup d’entre nous la douceur de l’air et le retour des beaux jours, cette période est pour certains davantage synonyme de désagréments. La cause de leur tourment : le rhume de foins.            

La rhinite allergique ou  rhume des foins est une affection allergique, au cours de laquelle l'organisme réagit et se défend face à une substance en principe inoffensive. Dans le cas du rhume des foins, cette substance est la protéine des pollens. Avec la désensibilisation, on tente d'amener le corps à tolérer à nouveau cette substance. Dans le meilleur des cas, les symptômes allergiques peuvent s'atténuer durablement, voire disparaître à jamais. La désensibilisation ne combat pas les symptômes mais s’attaque directement à l’origine du problème, en amenant le corps progressivement à accepter de nouveau les substances étrangères que sont les allergènes.

C’est en hiver que les personnes allergiques devraient se préparer à l’arrivée des pollens. Car, bien que cette affection soit un problème très répandu, la majorité des personnes concernées ne se soignent qu’après l’apparition des premiers symptômes désagréables. Cela est bien dommage, car à ce stade de l’allergie, on ne peut plus guère que «limiter les dégâts». En revanche, les personnes qui se désensibilisent dès l’hiver peuvent vraiment prévenir ces symptômes désagréables.

Comment procéder?

La base d’une amélioration est déjà de se désintoxiquer. Une cure de 20 jours avec des plantes drainantes pour le foie, telles que le chardon-marie, l’artichaut, le fumeterre, l’épine vinette et le radis noir permettra de limiter l’intensité des symptômes et redonnera un véritable coup de fouet à notre corps.

Ensuite, le fait d’administrer la substance allergène à doses infimes aidera le corps à s’habituer peu à peu au contact avec la substance et il parviendra à la tolérer sans déclencher de réaction allergique. C’est un excellent moyen de se débarrasser à long terme d’une allergie

En principe, la désensibilisation homéopathique commence un à deux mois avant le début de la floraison des fleurs ou graminées déclenchant la rhinite allergique.  Ainsi, les personnes sensibles au premier pollen de bouleau et de noisetier commenceront au début de l’année déjà.

 

Et que faire si vous n’avez pas pensé à vous prémunir ?

Rien n’est joué d’avance, la nature peut vous aider, notamment avec la gemmothérapie, ou médecine des bourgeons. En effet, les bourgeons de cassis possèdent des propriétés anti-inflammatoires et anti-histaminiques. Ils agissent comme une cortisone naturelle, en stimulant les glandes surrénales. Le macérat glycériné de cassis permet de remettre le compteur de l’organisme à zéro, pour un retour à l’équilibre. Les bourgeons de viorne, quant à eux, vont être utilisé comme draineur du poumon. Ils vont agir sur l’asthme, et grâce à leur action sédative, ils calmeront également l’anxiété que peut provoquer une telle crise. Les jeunes pousses d’églantier peuvent compléter le traitement, en renforçant le système immunitaire des personnes affaiblis par des affections ORL chroniques ou aigües.

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.